L'armée de Paul Biya prise en tenaille entre Boko Haram et le NO-SO

Un soldat du Bataillon d'intervention rapide à Fotokol, en février 2015.
Un soldat du Bataillon d'intervention rapide à Fotokol, en février 2015. © Bate Felix Tabi Tabe/Reuters
Les récentes nominations au sein de l'appareil sécuritaire camerounais renforcent le rôle de l'armée dans les régions anglophones. Une manœuvre qui dégarnit néanmoins le front dans l'Extrême-Nord, en proie à l'activisme de l'organisation djihadiste Boko Haram et place les sécurocrates du pays face à une équation à haut risque. [...] (1120 mots)
Edition du 19/10/2022 Lecture 5 minutes
A lire aussi

Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !