De gauche à droite, lors de la conférence de Paris sur le Soudan de mai 2021 : le président du Conseil de souveraineté soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhan, le président français Emmanuel Macron et le premier ministre soudanais Abdallah Hamdok.
De gauche à droite, lors de la conférence de Paris sur le Soudan de mai 2021 : le président du Conseil de souveraineté soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhan, le président français Emmanuel Macron et le premier ministre soudanais Abdallah Hamdok. © Jacques Witt/Pool/Abaca/Reuters
Le coup de force du 25 octobre du général Abdel Fattah al-Burhan intervient au moment où la France avait prévu tout au long du mois de novembre plusieurs séquences clés avec Khartoum. Paris, comme Londres et Washington, cherche à s'imposer au Soudan. Un forum économique franco-soudanais était prévu à Khartoum fin novembre, où devaient se poursuivre les discussions sur l'annulation de la dette. Ironie du sort, des échanges étaient également programmés sur une possible relance de la coopération militaire. [...] (881 mots)
Edition du 27/10/2021 Lecture 4 minutes

Retrouvez cet article dans :

Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (15 EUR)
Connectez-vous pour lire la suite

S'abonner ou acheter à la carte
Je découvre les offres
A lire aussi

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !