Le renvoi du contingent gabonais embarrasse Libreville et chamboule la Minusca

L'éviction du bataillon gabonais de la mission de maintien de la paix des Nations unies en Centrafrique, après des accusations d'agressions sexuelles, arrive au pire moment pour Libreville, qui doit entrer au Conseil de sécurité en 2022. Elle contraint aussi la Minusca à se réorganiser en urgence. [...] (501 mots)
Edition du 21/09/2021 Lecture 3 minutes

Retrouvez cet article dans :

Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (9,50 EUR)
Connectez-vous pour lire la suite

S'abonner ou acheter à la carte
Je découvre les offres
A lire aussi

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !