La diplomatie de la dette

La diplomatie de la dette

En sollicitant les finances publiques, la pandémie de Covid-19 a fait exploser la dette partout en Afrique, obligeant les pays à demander un moratoire auprès du G20 et à s'entourer de conseils pour négocier avec leurs créanciers, qu'ils soient souverains, privés ou institutionnels. En Occident, l'inflation de la dette des pays africains suscite une concurrence très vive entre créanciers privés et publics, mais également avec la Chine, Pékin étant peu enclin à rééchelonner les remboursements de ses débiteurs africains.

Événement AFRIQUE CHINE Politique 19/01/2021
Le président français Emmanuel Macron a participé le 30 décembre 2020 à une visioconférence réunissant son homologue chinois Xi Jinping et des représentants européens.

Macron et Biden veulent obliger Pékin à jouer collectif sur la dette africaine 

Le Covid ayant fait exploser la dette publique des pays africains, l'Union européenne et les Etats-Unis veulent forcer Pékin à participer au rééchelonnement collectif qu'ils mènent au sein du G20 du Club de Paris. A ce jour, la Chine privilégie les négociations bilatérales avec ses débiteurs africains, alimentant la rancœur des autres pays créanciers et la confusion au sein des organisations financières internationales. [...]

AFRIQUE DE L'OUEST Business 18/12/2020

Moratoire du G20 sur la dette : l'âge d'or des conseils 

Les cabinets Franklin et Finexem, qui négocient pour être les conseils de la Mauritanie, pourraient être parmi les premiers à s'engouffrer dans le boulevard ouvert aux banques d'affaires et aux consultants par le G20. L'organisation a conditionné, en octobre, la prolongation de son moratoire sur la dette souveraine à l'obligation, pour les pays bénéficiaires, de préserver l'équité entre créanciers. [...]

Événement RDC Mines 02/10/2020
Une mine de cuivre et de cobalt exploitée par la Sicomines en RDC.

Sicomines : l'ITIE met au clair la capacité de Kinshasa à rembourser sa dette à Pékin 

L'organisation sur la transparence dans les industries extractives entend évaluer au plus vite si le gisement exploité par la joint-venture sino-congolaise Sicomines permettra à la RDC de rembourser les investissements faits par la Chine ou si cette dernière sera en droit d'acquérir sans frais d'autres sites, comme le prévoit l'accord conclu entre Pékin et Kinshasa. [...]

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus et services liés à vos centres d’intérêt. En savoir plus