Les besoins énergétiques du groupe chinois pour développer ses projets de bauxite semblent donner un second souffle au projet hydroélectrique d'Amaria.