Les autorités burundaises se défaussent du manque d'avancée des travaux sur les sanctions internationales.