Si Jean-Jacques Bouya reste incontournable sur la gestion des contrats chinois, le fils du président congolais se positionne pour défendre les intérêts russes, turcs et brésiliens, très actifs dans le pays.