Blocus pétrolier : comment Washington s'est pris les pieds dans le tapis

l'ambassadeur américain en Libye Richard Norland (à gauche) en compagnie du directeur de la Banque centrale libyenne, Al Seddik Omar al-Kabir, en janvier 2022.
l'ambassadeur américain en Libye Richard Norland (à gauche) en compagnie du directeur de la Banque centrale libyenne, Al Seddik Omar al-Kabir, en janvier 2022. © Central Bank of Libya/Twitter
Pressés de sécuriser la production d'hydrocarbures libyenne, les Etats-Unis ont précipité la mise en application d'un mécanisme permettant de dépolitiser la gestion de la manne pétrolière. C'était compter sans Khalifa Haftar, qui a fait fermer deux champs stratégiques. [...] (619 mots)
Edition du 25/04/2022 Lecture 3 minutes
Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (9,50 EUR)

2 options pour lire la suite
Le porte-monnaie électronique

à partir de 50 EUR

Acheter uniquement
les articles qui vous intéressent

L'ABONNEMENT ANNUEL

Bénéficiez d'un accès illimité à l'ensemble du site

Je découvre les tarifs

Besoin de tester avant de vous engager ?


Créez votre compte gratuit

A lire aussi

Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !