Cela a boosté l'expansion des activités du groupe Sodiat, qu'il a fondé en mai 1990 et qui chapeaute aujourd'hui une douzaine de sociétés intervenant dans divers secteurs. En contrepartie, Ravatomanga conseille Rajoelina sur les questions économiques, l'aide à prendre des contacts à l'étranger et apparaît régulièrement en public à ses côtés.

Considéré par ses partenaires commerciaux comme un homme de parole, régulier en affaires, Maminiaina Ravatomanga est néanmoins souvent critiqué par d'autres à cause de sa trop grande proximité avec le président de la transition. Il a même été publiquement accusé, à plusieurs reprises, d'être mêlé au trafic de bois de rose, ce dont il s'est toujours défendu.

L'élection présidentielle, prévue le 8 mai 2013 et finalement reportée au 24 juillet, pourrait s'avérer décisive pour "Mamy", dont l’avenir politique et commercial semblait plus prometteur si Andry Rajoelina briguait et remportait la magistrature suprême. Mais celui-ci a annoncé, le 15 janvier 2013, qu’il ne serait pas candidat. Ravatomanga devra donc approcher un autre candidat pour s'en faire un protecteur. Il y a de fortes chances pour qu’il jette son dévolu sur l’actuel vice-premier ministre en charge du développement et de l'aménagement du territoire, Hajo Andrianainarivelo, qui devrait se lancer dans la course électorale.